1984

De Georges Orwell

Quel livre!! Je ne m’en remets pas… Ce livre est juste… Parfait.

Je l’avais avec moi depuis le début du voyage. Je savais que j’allais le lire, j’ignorais juste quand. J’imaginais un chef d’œuvre difficile d’accès dont la lecture serait laborieuse. J’attendais de pouvoir le lire dans les conditions parfaites, pour pouvoir me concentrer totalement. La visite d’Istanbul, pendant la campagne d’Erdogan, fini de me convaincre. Il y avait en effet son visage affiché partout, et comme un parfum de dictature…

Dans 1984, vous suivez un personnage, Winston Smith, vivant dans une société policière et totalitaire. Dans cette société, qui ressemble à la notre sur certains points, la liberté n’existe plus. Vos faits et gestes sont sans cesse surveillés, et toute déviance à l’orthodoxie du parti est violemment réprimée. Le génie du livre, c’est que cette société semble totalement cohérente, Orwell semble avoir pensé à toutes les déclinaisons de ce monde liberticide. La lecture est très facile, et le suspens toujours présent; rarement les pages d’un livre ne m’auront filés entre les doigts aussi rapidement.

L’aspect politique du livre est tout aussi génial. Aujourd’hui, dans notre société, nous ne sommes plus que des « pouvoir d’achat » à la merci des marketeurs. Ils vont jusqu’à analyser tout vos gestes, toutes vos recherches, toutes vos pensés pour essayer de vous vendre toujours plus. N’avez vous pas remarqué la publicité que vous avez vu il y a 2 minutes sur internet? N’avez vous pas vu qu’elle était justement ciblée pour vous? Quand on y pense bien, cela fait froid dans le dos. 1984, à sa manière, révèle ce glaçant constat. C’est une ode à la liberté de vivre, d’être et de penser. J’ose croire qu’en le modernisant, c’est aussi une ode à la liberté de consommer différemment.

Je vais donc faire ce que font tout les gens qui ont lu ce livre. Je vais vous supplier de lire ce livre. C’est un livre absolument majeur, que chacun doit avoir lu. Je vous promets que sa lecture est facile et que vous ne serez pas déçus. Vous verrez, lorsque vous aurez lu la dernière page, à la désespérance fera vite place l’impérieux désir de partager ce livre à tout ceux que vous aimez.

4 réflexions sur “1984

  1. Auclair says:

    Hello !!
    Je viens de terminer « je n’ai pas toujours été un vieux con » dans lequel on peut lire p.42
    – Ah ! Si tu pouvais lire 1984.
    – Je peux mais je ne le ferai pas.
    – dommage.
    – Pour moi, 1984, c’est l’année où Platoche transperce Arconada.
    Voilà le genre de conversations qui nous lièrent. Lui essayant de me convertir aux vertus de la lecture, à la magie des mots………..
    Je n’ai pas encore cherché qui étaient Platoche et Arconada…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *