A travers les ronces italiennes !

Aujourd’hui, mon réveil se fait en douceur mais dans la fraîcheur matinale : il doit faire moins de 10°C. Café au rechaud et petit dej aux « Frollini », nos petits biscuits italiens fetiches, avant notre départ pour notre première randonnée du voyage et la découverte des 5 terres. A ce moment, je ne sais pas à quoi m’attendre. Je ne connaissais pas ce joyau italien!
Après une étude rapide des cartes obtenues, nous emprunterons le chemin partant depuis le camping, sentier rouge et blanc de son petit nom « SVA ». Le premier panneau indique 2h30 pour rejoindre Monterosso, premier village au sud de Levanto. Nous marchons d’un pas déterminé et joyeux en entrant dans un chemin longeant des habitations. Nous échangeons, comme de vrais italiens, des « Ciao » et des « Bonjourno » à tout va avec les autochtones que nous croisons! Un premier passage est fermé, pas grave! Nous passerons donc à gauche. Après quelques minutes, on se rend compte qu’on revient vers notre ville de départ… Le sentier que nous voulions emprunter qui longe la côte est en fait fermé depuis la veille pour cause de chute de pierre. Pas de chance! 

Après ce départ avorté, nous arrivons finalement au Mont Focone (488m), point culminant de ce nouvel itinéraire. 

Il est l’heure de redescendre par le chemin qui nous semble le plus direct pour Monterosso. Rapidement, la trace d’un hypothétique sentier s’efface. Pourtant, nous continuons en découvrant, à tour de rôle, ce qui nous semble être la voie à suivre : « C’est par ici! ». 

A mesure d’avancer, notre vitesse diminuait. Des ronces stoppaient notre progression et nous forçaient à jouer les explorateurs à coup de bouts de bois, à défaut d’une machette. Au détour d’un buisson, je perds mon équilibre bêtement pour atterir sur les fesses dans une joyeuse fête de ronces qui attendaient le repas du jour! C’est servi et bien dodu en plus! Matthieu se moque de moi tout naturellement et ne vient surtout pas m’aider à sortir de ce traquenard. L’avancée se complique encore, toujours plus de ronces et notre seule tenue vestimentaire du voyage souffre! Matthieu en tête de peloton réussira finalement à livrer l’assaut final pour nous faire atterrir dans un jardin. Nous avons alors deux heures de retard sur ce que nous avions prévu initialement mais le plaisir d’être sorti de ce piège est là! Les « p’tits champions » a failli être le nom du blog, je me dit que ça aurait convenu aussi!

Dans le jardin, nous croisons au loin un petit papi muni de sa canne. Je tente vaguement de m’excuser  en anglo-espagnolo-italiano d’atterrir chez lui. Pas de réelle réponse et la communication restera compliquée tout au long du chemin qui nous amenera au centre de Monterosso. Nous traversons son grand jardin rempli d’orangers et de citronniers avec des fruits prêts à être cueillis.

Dès qu’on se retournait, il etait toujours derrière nous à se balancer sur ces deux jambes à notre grande surprise! La traque etait digne d’un film d’horreur japonnais. Je profitais d’un dernier moment pour le prendre en photo avant de le semer pour de bon. Merci papi pour le souvenir!

(Matthieu poursuivi par papi!)

Nous decouvrirons alors tour à tour les villages qui constituent les « cinque terre » avec ma préférence pour Manarola :

Au retour par train à Levanto, nous n’echapperons pas cette fois-ci à une multa pour n’avoir pas compris la durée de validité des billets. Bienvenido a Italia!

Nicolas

Toutes les photos des 5 terres, c’est ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *