Fahrenheit 451

De Ray Bradbury.

Nouvelle dystopie, après 1984. Une dystopie est un livre « contre-utopique » c’est à dire dépeignant un monde sombre et pessimiste. C’est le pompier « Montag » que vous suivez ici. Dans cette société, les pompiers n’éteignent plus les feux, non, c’est inutile, toutes les maisons son ignifugées. D’ailleurs les pompiers ont-ils éteint des feux par le passé? Nul ne s’en souvient… Aucun livre d’histoire n’en parle et pour cause, il n’y a presque plus de livre. Car le but des pompiers est ici de mettre le feu aux livres. Leurs camions ne contiennent plus d’eau mais du pétrole et, à chaque alerte d’un voisin un peu trop curieux, ils mettent le feu à la maison qui aurait ne serait-ce qu’un livre caché en son sein. Farenheit 451 est la température à laquelle le papier s’enflamme et se consume.

Les livres sont accusés d’introduire trop de pensés, diverses et variées et créer la confusion chez les humains. Or de la confusion nait la détresse puis la tristesse enfin la dépression. Il faut donc éradiquer les livres, et les remplacer par des écrans, partout, pour que l’homme ne réfléchisse plus mais s’amuse, sans cesse, de ces distractions accessibles.

Ce livre est moins facile à lire que 1984, le style est plus énigmatique, la cohérence moins évidente. Cela dit, c’est impressionnant de constater combien Bradbury a été clairvoyant. Notre monde est entouré d’écran désormais, les gens les fixent sans cesse et ne se regardent plus. L’intersubjectivité a été déplacée de la rue aux réseaux sociaux. Et le plus fou dans tout ça, c’est qu’il n’a même pas été nécessaire de bruler les livres, la télévision s’est occupée à elle seule du sale boulot, lobotomisant les moutons de panurge devant Tf1!

2 réflexions sur “Fahrenheit 451

  1. Auclair says:

    Hello !
    Première sortie dans une salle de cinéma à Lyon, j’avais 14 ans….
    Une sortie organisée par le collège…
    Ce film a marqué ma jeunesse (et c’est peu dire) parce que c’était la première fois que je mettais les pieds dans une salle de cinéma et le sujet m’a tellement passionné !!!!
    Je crois bien que le fort intérêt que je porte aux livres aujourd’hui et à la lecture vient de là. Il m’arrive régulièrement de donner des livres aux enfants que je croise……
    Farenheit est un film culte.
    Molière fut le second film vu au cinéma, toujours par le biais du collège. J’en garde aussi un souvenir indélébile…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *