Guide de survie à destination de tous ceux qui souhaiteraient rejoindre deux saturnins en tour du monde.

Article de Manon Darphin avec qui nous avons passé 3 jours à Istanbul. Merci pour sa contribution! Le blog s’ouvre, si vous aussi vous voulez vous amusez à écrire un article et qu’on le publie, c’est open!

————————————————————-

Cela fait maintenant plus de deux mois que je dois écrire cet article… Alors j’avais bien fait deux pages pour raconter en détail notre weekend à Istanbul, mes ressentis … Mais voilà je n’arrivais pas à en voir l’intérêt. Matthieu a déjà quasiment tout raconté et mon point de vue étant sensiblement le même je voulais épargner aux potentiels lecteurs d’une redite inutile.

Alors au lieu de raconter notre weekend je préfère vous avertir.

A tous ceux qui voudront faire le grand pas de rejoindre, pour quelques jours, nos deux saturnins, ne vous attendez pas à un voyage ordinaire.

Ne vous attendez pas à arpenter les villes de long en large, à collectionner les musées ou les principaux monuments historiques. Non, vous ne cocherez pas tous les cases de l’article « le top 10 des choses à ne pas manquer à Istanbul » que vous aviez repéré sur internet. Le voyage sera définitivement à l’image de leur slogan slow in the morning not too fast in the afternoon.

Mais attendez-vous à parler, réfléchir, rencontrer, philosopher, méditer… Car nos deux amis se sont embarqués dans un voyage bien plus que touristique. Leurs méninges sont en constant travail et on pourrait presque voir la mécanique se mettre en marche face aux nombreuses questions qu’ils essayent de résoudre.

Les questions sont vertigineuses et certainement sans vraies réponses mais se lancer avec eux dans ces réflexions c’est faire un pas de côté sur sa vie pour la scanner au rayons philosophiques. C’est sauter à pieds joints dans une expérience dont vous aurez rarement l’opportunité.

Ils vous parleront de barrières mentales, de détachement et peut-être que vous vous sentirez un peu de côté mais accrochez-vous et écoutez bien. Car petit à petit vous pratiquerez vous aussi la même ouverture aux autres, aux idées et aux concepts qui vous paraissaient si éloignés jusqu’à présent.

A Nicolas et Matthieu, mes amis même si dans ce voyage vous ne trouvez pas toutes vos réponses je vous souhaite d’aller au bout de votre aventure. Car avoir le courage de se mettre à côté du monde comme vous le faites c’est prendre le temps de mieux l’observer, de mieux le comprendre pour au final mieux l’aimer.

Je ne vous souhaite pas de revenir changés mais je vous souhaite de revenir entiers. J’espère que ce voyage autant autour que dans le monde vous permettra d’assembler et d’aimer tous vos morceaux des plus brillants au plus fêlés.

Je vous souhaite de continuer à embrasser les rencontres, à garder vos oreilles grandes ouvertes pour collectionner les histoires mais surtout de ne pas oublier que le plus important des récits est celui que vous écrivez aujourd’hui.

A tous ceux qui voudraient rejoindre Matthieu et Nicolas dans leur aventure je ne peux que vous vous dire allez-y ! Mais allez-y franchement. Donner tout ce que vous avez pour plonger avec eux dans leur quête. Vous en ressortirez un peu sonné mais grandis et quelque part un peu plus à l’écoute de vous-même, des gens que vous aimez etdu rythme de notre monde.

Manon, voyageuse.

2 réflexions sur “Guide de survie à destination de tous ceux qui souhaiteraient rejoindre deux saturnins en tour du monde.

  1. kiki says:

    Très bien vu, et très joliment dit… OK à 100 pour 100 et si j’avais qques années de moins… l’envie de les rejoindre me démangerais bien !
    🙂

  2. lili says:

    Bravo Manon pour ce partage. Je me doutais qu’ils ne feraient pas les « touristes ordinaires »! C’est ce qui fait tut leur charme 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *