La Nausée 

Jean Paul Sartre

Voici un livre que j’ai acheté il y a des années que je n’avais pas eu le courage de lire. Je l’ai donc emmené en me disant « quand tu n’auras que ça tu seras bien obligé de le lire »! Voilà choses faites. 

Je n’étais malgré tout pas dans les meilleurs conditions… Apprenant qu’Esope n’avait pas véritablement existé, j’avais été déçu par ses fables dans lesquels je cherchais la sagesse antique. Il n’y avait là que de pâles histoires d’animaux dont la conclusion me laissait souvent circonspect. Quelle faiblesse par rapport à celles de La Fontaine, qu’elles ont inspiré ! J’avais ensuite attaqué « la description du monde » de Marco Polo.  Mais c’est un livre approximatif et laborieux où s’enchaînent les descriptions. On est loin du fabuleux Magellan de Zweig. C’est donc après deux déceptions littéraires successives que je me trouve face à La Nausée. 

De quoi s’agit-il ? C’est un journal intime, où le narrateur- Antoine Roquentin- expose ses états d’âme. Solitaire, cet historien prend peu à peu conscience du vide de son existence et de son absurdité. Cela lui provoque des crises existentielles manifestées physiquement par ce qu’il appelle « La Nausée ». Le livre n’est ensuite qu’un enchaînement de variations autour de cette prise de conscience: les objets qui existent autour de soi, l’impossibilité de ne pas penser et donc de ne pas exister, l’écriture qui est une existence passée. Cela amène le narrateur à une sorte de nihilisme, il finit par « se survivre ». Il n’y a qu’une seule nuance à cet accablant tableau : la création, l’imaginaire, pourrait peut être sauver l’homme de l’existence. Il s’agit alors pour le créateur d’Etre et non plus Exister. 

Je sais que Sartre est considéré unanimement comme un génie. Mais non. Je n’ai pas aimé. Pourquoi mentir ? Par snobisme ? Le livre est laborieux, ennuyeux, sans intérêt. Il complique tout là où cela n’est pas nécessaire. C’est abscons, obscur. Sartre était communiste ? Alors pourquoi destiner son livre à une minorité d’académiciens ? Les quelques fulgurances ne suffisent pas à sauver le livre. Passez votre chemin et lisez Camus, votre temps sera bien mieux utilisé ! 

Une réflexion sur “La Nausée 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *