La Voie des héros de l’Eveil

Par François Granger

Ceux qui me connaissent savent combien je fuis les ouvrages d’ordre religieux, spirituels ou ésotériques. J’englobe le tout dans un ensemble que j’appelle « la pensée magique ». Je m’étais malgré tout fait la promesse de lire ce livre, offert à Noël par Hervé et qui visiblement lui tenait a cœur. J’ai lu ce livre sur deux jours, alors que j’étais a Megalopoli dans une communauté que l’on pourrait qualifier de hippie. Les discussions tournaient souvent autour de la spiritualité, des drogues hallucinogènes, des médecines parallèles, de chamanisme, etc. C’était donc bien l’endroit pour m’ouvrir à ce livre.

François Granger y raconte son expérience: comment il s’est intéressé au bouddhisme, ce qu’il a ressenti pendant ses retraites de 3 ans et 3 mois, puis comment il vit aujourd’hui, après ce cheminement. C’est une lecture agréable, facile, sans prosélytisme. J’avais peur de laisser tomber le livre au bout de quelques pages car confronté a l’obscurantisme religieux mais non, la pensée est maintenue dans la majorité du livre et les aspect religieux sont clairsemés. J’ai distingué trois aspects fondamentaux dans ce livre: la retraite, la philosophie et la religion bouddhiste.

1] La retraite

Si j’ai bien compris le livre, le but du bouddhisme serait de combattre ses craintes, en finir avec son Ego pour ainsi se libérer de notre confusion et atteindre l’état d’Éveil. Pour y parvenir, il existe de nombreux chemins, plus ou moins laborieux, qui permettent de tendre vers cet Éveil. Il faut souvent plusieurs vies pour l’atteindre, mais la réincarnation (sic) permet de parvenir a l’Éveil. Les « Bodhisattva » (les pratiquants), sont donc des bouddhistes en chemin vers l’Éveil. La retraite est comme une forme accélérée: vous êtes enfermé dans un monastère pendant 3 ans et 3 mois, avec d’autres pratiquants. Coupés du monde, votre temps se partage entre méditations, yoga et prières. Seuls quelques lamas vous rendent visite pour distiller quelques conseils. Je souscrit totalement aux phrases de Granger:  » Au regards des différentes approches possibles, l’entrée en retraite de 3 ans est donc un engagement extrême. » & « En ce qui concerne la retraite, cette voie rapide ne peut être profitable que si cela nous correspond ». L’engagement est physique, car vous devrez faire 111 111 grandes prosternations, 111 111 récitations de mantras, 111 111 offrandes du mandala et 111 111 récitations du Guru Yoga (bon courage). C’est également un engagement extrême au niveau social, car il faudra justifier votre absence a vos proches, ainsi que sur votre eventuel CV. Il est savoureux d’imaginer que Granger, en sortant de sa retraite, a decouvert le télephone portable, internet etc! Ce dernier engagement me parle beaucoup personnelement, j’y vois une résonnance avec mon voyage. J’ai culpabilisé en partant, quitter ceux qui sont chers a mon coeur, ne plus pouvoir être la pour eux… N’est-ce pas égoïste? Granger repond que non, a la condition que le voyage me rende meilleur. A mon retour, je serai encore plus heureux, plus fort, et donc plus disponible pour les miens. C’est en tout cas dans cet esprit qu’il part en retraite.

2] La philosophie

S’agissant de la philosophie, cela m’a vraiment passionné! L’auteur explique que notre consommation, nos sorties, notre nourriture ne sont que des échappatoire a notre ennui. Or le but ne serait pas de fuir l’ennui ou de le maquiller, mais plutôt de le vivre et de savoir l’apprécier. Voici l’un des secrets. La dessus je suis plutôt d’accord, mais c’est plus facile a dire qu’a faire!

Autre élément très intéressant, l’Ego. C’est lui qui nous contrôle, qui nous pousse dans toutes sortes d’émotions et de mauvaises réactions. L’Ego prend plusieurs formes, ainsi l’auteur parle de « 4 voiles des émotions conflictuelles »: l’orgueil, la jalousie, l’avidité, l’arrogance. La dessus, je ne pourrais être plus en accord. Le voyage est pour moi une manière de combattre mon Ego, d’être plus serein avec moi même, de distinguer quels mouvements en moi me guident parfois vers des décisions néfastes, toxiques. Ces 4 voiles sont une très bonne grille de lecture. Combien de fois ai-je dis « Oui mais je suis susceptible » pour me justifier d’un mauvais mot, d’un mauvais geste? La susceptibilité n’est elle pas la manifestation d’un Ego boursoufflé?

Sont également décrits 8 comportements susceptibles de motiver notre Ego à agir: espoir du gain, peur de la perte, espoir du plaisir, peur du déplaisir, espoir de renommé, peur de disgrace, espoir de louange peur de la critique. Ces comportements, il faut les identifier et s’en méfier. Combattre son Ego permet sans nul doute d’avoir une approche plus sage des évenements, ceux-ci glissent sans nous affecter. Cela permet une distanciation bénefique. Comme le dit Rinpoché (le guide spirituel de Granger) « Lourdeur, sérieux et absence d’humour sont trois signes tangibles d’un esprit prisonnier de lui même« . Alors oui commençont par rire de nous même!

J’apprécie donc la philosophie explicitée par Granger, j’émets néanmoins quelques réserves. Première réserve: il me semble que toute personne se lançant dans la demarches bouddhiste le fait pour des raisons personnelles: devenir meilleurs, mieux apprécier le monde et pourquoi pas s’approcher de l’Eveil’. Or il est indiqué à plusieurs reprises que la démarche pour fonctionner doit être absolument altruiste, sans recherche du moindre intérêt personnel. N’est ce pas contradictoire? Pourquoi quelqu’un qui n’est justement pas encore dans l’Eveil, pourrait vouloir se lancer dans un processus qui bénéficierai a tout le monde sauf à lui meme? Deuxieme remarque, a laquelle l’auteur repond mais sans me convaincre. S’il n’y a plus d’Ego pour nous guider, par quoi sommes nous guidés? Ne sommes nous pas simplement un abysse si l’on ôte l’Ego? Et n’y a-t’il pas la un risque de nihilisme? Je crois que la seule manière de contrer ses contradictions, c’est malheureusement de passer de la philosophie à la religion.

3] La religion

Je vois déjà les gens lever les yeux au ciel… Mais je regrette, il y a bien la nombre d’aspects religieux. Il y  a d’abord beaucoup a dire sur la description de l’Ego. Sont avancées des theories, sans preuves, personnifiant l’Ego. Exemple «  C’est l’apparition de l’ego, une pure construction mentale, aussi artificielle qu’irreelle. Né de la vacuité de l’esprit originel, il revendique son existance propre. » Un antropomorphisme de l’Ego, sans fondement scientifique…

C’est encore pire pour d’autres postulats tels que le Karma ou la réincarnation. Il faudrait l’accepter, comme si cela devait être évident. Il faudrait aussi accepter qu’il est necessaire de faire 111 111 grandes prosternations, 111 111 recitations de mantras, 111 111 offrandes du mandala et 111 111 recitations du Guru Yoga. Pas  111 110 hein! Pourquoi ces chiffres…?

C’est la ou l’histoire du Bouddhisme commence a être curieuse à mes yeux … Je me souviens vaguement du concept d’irréfutabilité de Karl Popper que j’avais étudié en philo. Il parlait de la psychologie Freudienne, et la critiquait en expliquant qu’elle etait faite de telle sorte que l’on ne puisse pas la réfuter. En effet, si vous consultez un psychanaliste freudien pour des maux de têtes, il vous dira peut-être  » C’est que vous avez un problème à régler avec votre beau frère « . Dans la majorité des cas, vous l’acceptez car il y a plein de diplômes dans la pièce, que ce type ce n’est pas n’importe qui et que vous venez de payer 50 euros. Mais si vous lui retorquez  » Et bien non je n’ai pas de problème avec mon beau frere » alors il vous dira,  » c’est votre inconscient qui vous empêche de voir la vérité, croyez moi le problème se situe là ». Donc dans  tous les cas il retombe sur ses pieds ! Impossible de lui donner tord. Et si vraiment vous n’y croyez pas, on vous dira « change de thérapeute ». La psychanalyse gagne toujours, c’est tautologique. Concernant le bouddhisme, c’est la même chose. Soit on l’accepte, soit on s’y refuse, alors c’est notre « Samsara » qui crée la confusion et nous empêche de voir la vérité. Pour un Bouddhiste, ces lignes sont sans doute écrites par mon Ego dans l’unique but de maintenir la confusion qui règne en moi. Mon orgueil « m’empêche » d’accepter la réalité. « C’est comme ca que le « Samsara » fonctionne : il se nourrit de notre ignorance qui créée une distortion dans notre perception de la realite des choses« . Je suis donc coincé, et forcé de l’accepter! Voici pour moi comment on rentre dans l’obscurantisme d’une religion. C’est le même pour les autres, si je ne suis pas un bon chrétiens alors je n’irais pas au paradis etc.

Les similitudes avec la psychanalyse ne s’arrête pas la. Comme Freud fut soit disant l’unique personne sur la planète à avoir pu faire son auto analyse, Bouddha fut le seul a pouvoir atteindre l’Eveil sans maitre. Les pratiquants désormais ont besoin d’un « guide qualifié » pour y parvenir. On peut en changer si ce n’est pas le bon (comme de psy). Il faut lui être totalement soumis car « Ceux qui progressent le mieux sont ceux dont le coeur est ouvert à la bénédiction« .

La seule preuve alors serait que « ça marche« . Et oui c’est vrai que globalement les bouddhistes me semblent être plus pacifistes et sereins que les autres (je ferme les yeux sur les massacres de musulmans en Birmanie…). Mais je ne crois pas que ce soit une raison suffisante ! Je fais le pari que n’importe qui passant 6 mois a faire 111 111 saut a cloche pied deviendrait quelqu’un de différent. Et si je lui dit qu’il fait ça pour devenir plus sage et altruiste, sans doute le deviendrait-il! Mais je n’aurais rien prouvé du tout.

Conclusion

J’ai beaucoup aimé ce livre. Granger est quelqu’un de bien, beaucoup de sagesse se dégage de sa philosophie. Il y a presque tout à prendre selon moi. En revanche je n’ai pas été convaincu par l’aspect religieux, j’y vois pour moi une affabulation, une manifestation de la pensée magique. Surtout j’y vois quelque chose de tout a fait inutile, remettant en cause tout les aspects vraiment intéressants de la philosophie. Car oui, en dehors des croyances ésotériques, mon idéal est très proche de l’Eveil bouddhiste. Et j’envisage d’y consacrer beaucoup de temps, par le Yoga et la méditation. Oui, il faut peut être plus d’une vie pour atteindre l’Eveil, et non rien ne nous prouve que l’on ai plusieurs vies. Alors faisons de notre mieux, combattons, luttons pour atteindre la sagesse, mais acceptons d’être humains, trop humains.

4 réflexions sur “La Voie des héros de l’Eveil

  1. Heritier says:

    Merci pour ce beau et très intéressant commentaire de ce livre. J’aime les liens que tu fais avec ta propre expérience. Et ce grand voyage que tu fais est aussi un grand voyage intérieur , vu comme tu le vis. J’adore ! 👍

  2. Lili says:

    Quelle chance tu as d’avoir compris tout ça. Certains passent leur vie sans se rendre compte que leur ego les rends malheureux. J’imagine ces instants difficiles de la prise de consience. Mais quel soulagement et quel bonheur lorsque l’on comprend tout ça. N’oublies jamais que tu es une belle personne et que même si tu n’es pas un champion au diabolo ni le roi des dancefloor, tu as une plume extraordinaire que peu d’entre nous peuvent égaler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *