Népal: Le Tour des Annapurna Partie 1

Paul le prophète

Vous vous souvenez du jour où mes amis m’ont remplacé par un Breton au Sri Lanka?  (si non ca se passe ici!!).  Paul avait fait un long voyage de 15 mois, démarrant en Australie et traversant toute l’Asie. S’il a adoré l’ensemble du voyage, une expérience l’a marqué plus que les autres et, s’il devait choisir une chose a refaire, ce serait cette expérience: le Tour des Annapurnas. Nous étions tous dans une Jeep, en safari a la découverte des éléphants, lorsque Paul a commencé sont récit.

 » Le tour des Annapurnas, c’est l’Himalaya à la porte de tous. Les premiers jours, tu arrives a Pokhara ou a Katmandou. Là tu achètes ton équipement contrefait, pour 100 euros tu as tout ce qu’il faut! Même la veste en poil de yak. Tu n’as besoin ni de tente, ni de sac de couchage, il y a chaque 5 km des villages où tu peux dormir. Bien sur tout le monde se partage les couvertures, mais on est des backpackers hein! Combien ça coûte la nuit? Hahaha! C’est la beauté du truc! Quand tu arrives dans un village, tu négocies: « si je prends le dîner et le petit dej chez vous, vous me filer un lit gratuit? »  ça marche a tous les coups! Et les repas, c’est jamais plus que 5 euros. Donc au final, avec 15 euros par jour en moyenne, t’es bon. C’est vrai que c’est assez touristique, mais bon sur 200 km de trek la plupart du temps tu marches seul. Et le soir dans les guest house tu rencontres du peuple. Du coup c’est l’équilibre parfait. Moi par exemple je suis parti tout seul, mais après quelques jours on était un groupe de 5, c’était fou. Et bien sur tout ça au pied de sommets à plus de 8000 mètres!! Le plus beau trek du monde.

Notre tete en écoutant Paul

Tahi, Sev et Nath écoutent avec envie, commence même a envisager comment poser des congés pour octobre, avant de se dire que non, ce n’est pas possible… Mais le Tour des Annapurnas fait une entrée fracassante sur la « To do list » de chacun. Qu’en a moi j’attends paisiblement le soir, puis j’envoie un message a Nico: « Au fait, on part faire le Tour des Annapurnas en Octobre, t’as pas le choix ». Il me répond dans la foulée: « Ok 🙂 ». Voila comment une simple rencontre déterminera la suite de notre voyage!                  

Arrivée a Katmandou

Tetes de champions !!!

L’avion se pose, nous voila au Népal!! On en revient pas!!! Bon  tout bug a l’aéroport, et nous passons au moins 2h à l’immigration ce qui nous permet de réaliser peu a peu. Nous décidons de faire le chemin de l’aéroport a l’auberge a pied, sous le regard incrédule des tuk-tuk.  Katmandou, ce nom a lui seul évoque  la grande époque des hippies, la spiritualité, les drogues hallucinogènes, la beauté des paysages, aussi sommes nous très surpris de ne trouver qu’une ville sans intérêt. Les routes sont pourries (quand il y en a),  les détritus bordent les trottoirs, les immeubles sont moches… Ce n’est qu’une pale copie miniature des monstres Indiens tels que Mumbai! Il faut se perdre jusqu’au quartier de Thamel pour trouver un peu de charme à la ville. Or ici les Népalais disparaissent au profit des touristes du monde entier. Les prix des restaurants triples, la western food est partout, les magasins de vêtement contrefaits fleurissent… Est on seulement toujours au Népal?

Notre auberge est tout aussi décevante. Peuplée de « faux-cools », les gens semblent se prendre pour des baroudeurs de l’extrême simplement parce qu’ils ont pris un vol depuis l’Europe pour Katmandou et qu’ils fument leur joint torse nu sur la terrasse en écoutant le dernier hit de R’N’B américain. Révolutionnaires des bacs à sable. Tu ne vaux rien. Quelques rencontres sympas néanmoins, notamment un turc avec un visa pour l’Afghanistan , une bretonne branchée par Vipassana ainsi qu’un couple tout mignon de Suisses partis pour 4 mois, des voyageurs en herbe! Avec Nico on a même plus besoin de se parler, sans vraiment d’explications on le sait, demain on se casse pour Pokhara!

Pokhara l’agréable.

Evidemment Nico et moi ne prenons pas la peine de réserver une place dans le bus. On ira au départ et on négociera quelque chose! Nous voila donc a 7h au départ des bus… Il y en a au moins 50!!! On va de bus en bus:  « Do you have free seats »?? Les 50 sont pleins! On fait des aller-retours, rien n’y fait. Finalement juste avant le départ un type nous propose deux places, à coté du chauffeur, sur la plateforme où se trouve le levier de vitesse. Nico regarde: « bon ce ne sera pas confort mais si on se serre ça passe! ». Allez c’est ok, on achètes quelques bananes pour le voyage et on monte dans le bus pour s’installer. Mais là surprise, sur notre ersatz de place se trouve… Un chinois!!! Le mec ne nous a pas précisé qu’on serait 3 sur le spot, quelle arnaque! Bon finalement on négocie une place assise, nous voila prêt à partir… Quelle aventure! 

Certes très touristique, Pokhara et son lac est un lieu bien plus doux pour préparer un Trek. Nous allons y acheter notre permis pour le trek (30 euros par personne) puis un peu d’équipement. Les négociations sont épiques: nous passons 20 minutes à négocier avec la patronne, elle ne veut pas descendre en dessous de 8800 roupies, nous ne proposons que  8200… Tout d’un coup elle prend la calculette et nous y indique sont  » dernier prix »: 7800!!! Elle s’est visiblement embrouillée… Or étant honnêtes, nous voila dans la situation ubuesque de lui négocier un prix plus haut que celui qu’elle propose! Nous sommes observés de loin par une très jolie fille, seule et mystérieuse. Elle me demande en français combien nous a coûté le sac, et commente avec expertise  » c’est pas mal « , avant de disparaître. Rencontre fugitive et éphémère…

Bon au final, pour 70 euros nous avons:

  • 2 tee shirt
  • 1 short
  • 4 paires de chaussettes
  • 2 paires de gant
  • 1 sac a dos

Une allemande et surtout un Californien, Nathan, nous donnent des infos toutes fraîches, ils viennent de boucler le tour. Nathan l’a même doublé de l’Annapurna Base Camp! Nous sommes donc prêts et super motivés !!

Jour 1: Besisahar à Lampata // 20km D+800 D-400

C’est le grand jour. Je suis surexcité. On se réveil à 5h30 pour chopper le bus pour Besisahar. J’utilise pour la dernière fois internet, adieu whatsapp et facebook pendant 3 semaines! Cette fois nous avions bien réservé des places assises, le voyage devrait être plus cool. Un mec débarque d’une ruelle et se retrouve devant nous avec un plateau de croissants aux chocolats encore fumant. C’est comme si le petit-dej nous sautait dessus! Nous sommes ravis!  Le bus arrive, les gens foncent mais Nico et moi sommes relax, nous avons réservé des places assises haha, alors inutile de se presser!! Enfin ça… c’est oublier un peu vite que l’on est au Népal… Car lorsque nous arrivons dans le bus, il n’y a plus de place et le mec nous indique…. le spot a coté du chauffeur!!! Non mais c’est quoi ça!!  Même quand on fait le truc bien ça ne marche pas ici! Nous voila donc parti pour 5h de bus, je suis coincé non loin du chauffeur, Nico lui est entre 3 génération de Népalaise. Malheureusement, c’est la mamie qui lui pose la main sur le genou à chaque virage! Lorsque l’on arrive c’est le soulagement, je m’étais même brûlé avec le radiateur du bus.

Nous mangeons un dal bhat pour avoir un peu d’énergie. Il s’agit du plat typique ici, riz, soupe de lentilles, curry de légumes, achards, papad (galette croustillante). Ce qui est cool c’est que l’on peut demander gratuitement a être resservi. Nathan, l’américain, nous a prévenu: le dal bhat c’est le top parce que pendant 15 jours, vous allez avoir faim!! »

On attaque la rando, le paysage est tropical, on dirait le Sri Lanka! Beaucoup de gens prennent une  jeep pour aller plus loin, mais nous voulons faire le « vrai tour ». Nous ne regretterons pas, c’est vraiment magnifique ici, il y a comme des jardins suspendus de champs de blé. Il fait beau et très chaud. Nous passons par des villages splendides, bordés par des balançoires immenses en bambou. Nous ne croisons presque aucun touriste. Seule ombre au tableau, les enfants qui nous abordent presque agressivement pour nous demander des bonbons.

On s’arrête a Lampata, je négocie la chambre gratuite contre les repas, et…. ça marche!! Le type me demande juste d’être discret parce que les autres payent leur chambre. Nous allons rincer la transpi dans une cascade non loin puis partageons un dal bhat avec un Suisse, un Colombien ainsi qu’un couple d’amis chinois super marrants. Nous attendons plus d’1 heure le repas, affamés, puis l’hôte nous sert en prononçant l’hymne du trek:

« Dal Bhat Power, 24 hour,  no toilet no shower! »

Le chinois nous explique l’art et la manière de boire le thé, c’est fascinant, une vraie science! La douche et l’électricité sont gratuites, les piqûres de moustiques aussi. Mais pour une première journée, c’était top!

Jour 2: Lampata à Tal // 20km D+1500 D-1000

Nous avons commandé notre petit dej la veille, pour 7h. Celui-ci ne sera pas prêt avant 8h, nous commençons à comprendre qu’ici les repas se font toujours attendre! Du coup on ne part qu’à 8h15. C’est encore une fois magnifique. Nous craquons pour un petit snack à 10h, nous commençons a découvrir les biscuits locaux: les sucrés à la noix de coco et les salés au beurre (50 centimes d’euro le paquet). La boisson aux litchees devient aussi un classique. On rattaque en imaginant peut être pouvoir tenir jusqu’au soir. Vers midi, pour la première fois quelqu’un nous double! Nous avions pourtant plutôt l’habitude d’aller plus vite que les autres. Il est français, s’appelle Franck. On parle deux minutes, avant qu’il ne nous dise avec peut être un poil de condescendance « désolé les mecs, mais je vais reprendre mon petit rythme! » et hop le voila qui file! A 14h30, on craque pour des noodles, on était vraiment affamés ! Ok c’est donc impossible de se passer du repas du midi! Les pâtes nous redonnent de l’énergie, on trace jusqu’à Tal où l’on retrouve le suisse, le colombien, les deux chinois ainsi qu’un groupe de trois anglais (en fait un mec est espagnol) super sympas. Le repas se fait attendre, surtout que suite à un quiproquo le serveur n’a pas pris la commande de Nico! Ce n’est que le jour 2 et nous sommes déjà fan de ce trek! 

Jour 3: Tal à Chame // 25km D+2300 D-1300

Aujourd’hui c’est notre première grosse étape. Plus de 20 kms et du dénivelé. Nous passons par des cascades incroyables. Le chemin est légèrement décevant, nous sommes sur la route des jeeps et il y a peu de side trek nous permettant de les esquiver. Nous trouvons néanmoins bientôt un passage en foret absolument splendide. Le paysage n’a déjà rien à voir avec les jours précédents, on se croirait en Amérique du Sud! Le soir nous négocions le lit gratuit comme d’habitude, cette fois nous arrivons même à dégoter un « welcome tea » gratuit. Nico est de très bonne humeur, et s’essaye à l’humour: alors que j’essaye de me concentrer sur ma lecture, il cache son visage dans son bandeau et me dit « je suis l’Homme invisible ». A l’auberge nous rencontrons un couple de français tout mignons en voyage de noce, puis un Anglais de 60 ans, fana d’Arsenal. Il est avec un ami de longue date, Népalais. On parle donc première league et situation géopolitique du Népal, c ‘est passionnant! Surtout quand c’est fait autour d’un Massala tea offert gracieusement par notre voisin d’outre manche. Oui le même thé qu’à Vipassana… Un gout que je n’oublierai jamais!

Le soir, après que ce soient enchaînés les dialogues normalement réservés aux vieux couples (« Je ferme la fenêtre? » « On met le réveil à quelle heure demain? » « Tu lis ou je peux éteindre la lumière? »…), nous fermons les yeux et nos songes s’envolent sur les sommets de l’Himalaya. A ce moment précis, nous sommes encore bien naïfs; ignorants totalement l’incroyable rencontre que nous ferons le lendemain et qui changera complètement notre expérience du Tour des Annapurna.

2 réflexions sur “Népal: Le Tour des Annapurna Partie 1

  1. Claire HERITIER dit :

    Encore de chouettes photos… et un récit bien sympathique qui donne envie de savoir…. la suite de l’histoire ! ça faisait un moment qu’on était sans nouvelle… et ça finissait par manquer ! Merci pour cette belle et joyeuse bouffée d’oxygène au coeur d’un presque début d’hiver savoyard (neige, froid, vent ,et grisaille ! ).

  2. lili dit :

    Encore une fois un texte super et des photos magnifiques. Comme Claire j’ai hâte de lire la suite. N’attendez pas trop longtemps pour nous faire vivre vos aventures 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *