Saint Valentin (Fouk)

Nous arrivons en Campania ! C’est la région de Naples, une ville dont on a entendu (un peu) de mal et (énormément) de bien. 

Bien sûr nous arrivons de nuit, sans savoir où aller ni où dormir, sinon c’est pas drôle. Nous cherchons bien 1h un spot ou dormir. Mais ici c’est un champ cultivé , là un chemin privé. Nous nous arrêtons prêt d’une maison où deux vieux nous observent. On se croirait dans une chanson de Brel. Nous nous approchons pour savoir si l’on peut poser notre tente dans leur cours. A à peine 3 mètres de la voiture, la femme crie « NO » et les aboiements de gros chiens cachés dans la nuit lui succèdent. Nous filons sans demander notre reste. 

Nous jetons finalement notre dévolu sur 2m2 d’herbe longeant un terrain laissé en jachère. On monte la tente rapido que l’on protège du vent avec la voiture. On se sent déjà chez nous. Il est encore tôt genre 21h, aussi je propose à Nico de mater un film. J’accroche le téléphone au part brise et nous voilà comme au cinéma ! On a même du choux fleur et des carottes en guise de pop-corn ! 

Le film s’appelle « Runaway » et retrace l’histoire du groupe de rock féminin et féministe du même nom. Le film est génial, on recommande ! (Pensez au chou-fleur!).

La nuit est bonne malgré le petit stress du camping sauvage. Le train qui passe régulièrement non loin ni fera rien, nous sommes crevés ! 

Au réveil je découvre le paysage qui nous entoure. A quelques mètres de nous flotte un ballon en forme de coeur, attrapé par un buisson. Je vais le chercher et l’accroche à la tente. Comme par hasard la nuit de la saint Valentin ! 

Nous prenons le petit déjeuner dans cette ambiance romantique lorsque soudainement Nico s’écrit : »mais ya pas quelqu’un la bas ?? » et en effet au bout du chemin, une femme de joie attends le chaland ! Et le ballon est son signalement pour les routiers ! Nous avons donc passé la nuit sur un chemin de passe ! Nous filons vite du coup surtout qu’au loin un tracteur arrive. Il avance à 5 à l’heure mais le chemin est tout troué, j’ai du mal à aller plus vite. C’est une course poursuite ridicule. Au bout du chemin voilà que nous tombons sur une horde de chiens errants, mastiquants d’énormes os. 

Sacrée nuit de Saint Valentin.

2 réflexions sur “Saint Valentin (Fouk)

  1. Hello !
    Décidément !!!
    C’est à Rome que papy Victor, mamie Geneviève, Anne Marie et moi même avons dormi sur un parking de péripatétitienne, dans la caravane !!
    En fait, c’est au petit matin, que papy est sorti pisser en pyjama et a réalisé que nous nous étions installés dans cet environnement quelque peu spécial !!!
    Par contre, contrairement à vous, nous avons pris tout notre temps pour dégager !!!!
    Même pas peur !!!!

Répondre à kiki Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *