« Sorry about the language… » 

Nous partons de chez Angelo, après ce génial moment. Un peu dur de partir déjà, Angelo est vraiment accueillant et sa petite maison de campagne dominant les collines est très paisible. Un peu de calme après la tempête, ça fait du bien. 

Nous partons pour Rome où nous devons prendre deux covoitureuses. Nous leur donnons rendez vous à une gare de bus. Arrivés là bas, on a toujours pas reçu de confirmation. On attends donc assis sur le trottoir, en mangeant nos pâtes. Finalement plus de nouvelle de la première covoitureuse… Et la seconde s’est trompée de jour ! 

Dans la voiture on fait un peu le point sur l’Italie, jusque là on se régale, c’est vraiment magnifique. Parfois c’est un peu le bazar mais partout, notamment à Florence, se dégage une prestance, une imperiositée, de la majesté en somme. 

S’agissant des Italiens que nous rencontrons, globalement ils sont sympas, rien ne peut leur être reproché. Mais pour nous il manque un truc qu’on a du mal à définir… Ils répondent poliment  à nos questions mais n’en posent jamais. Notre démarche de voyage semble ne pas les intéresser, la voiture bariolée ne retient aucun regard, nul ne nous pose la moindre question. Ils manquent sociologiquement – nous semble t’il – de curiosité. Cela nous rend un peu mal à l’aise. Finalement nous mettons un terme sur ce que nous vivons: « l’indifférence ». Et pour nous, les deux petits curieux, c’est pas évident, on reste un peu sur notre faim. 

Nous partons donc vers Naples, en longeant la côte, c’est très beau. La route serpente entre mer et montagne et nous offre à la sortie de chaque tunnels un nouveau spectacle. 

Bientôt nous décidons de nous arrêter le long d’une falaise pour profiter du point de vue. Nous descendons prendre des photos, sentir la mer, Nico part découvrir une voie d’escalade sous une grotte, je profite du sable, observe l’horizon méditerranéen. 

Mais l’important est ailleurs, dans une rencontre originale que nous venons de faire. 

Sur le parking perché en haut du caillou, des Italiens sont venus à notre rencontre et prennant des photos de la voiture, le sourire jusque-là, nous inondent de questions. Nous leur repondons laborieusement, si peu habitués à ce genre de manifestations ! Après quelques palabres Nico fait par de notre surprise, les gens ici ne semblent pas très curieux leur dit-il. La réponse du Napolitain à qui il s’adresse est croustillante : « You know what ? Sorry about the language but F**k the people « 

Ce slogan reste gravé dans nos têtes. Peut importe ce que les gens pensent, soyons nous même. Le reste n’est que littérature. 

2 réflexions sur “« Sorry about the language… » 

  1. Hello !!
    Je viens de me régaler avec le traquenard… Et je poursuis le voyage à l’envers….. En Italie….
    Très belle côte en effet après Naples. Je l’ai faite en moto… Alors c’est séquence nostalgie…………….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *