Thaïlande Partie 2: un étranger à Koh Lanta 

Nous passons quelques jours avec Solène et Marion. Maintenant que nous sommes des pilotes, nous leur proposons de louer des scoots. On se regale, cascades, temples et bons repas! Je profite du séjour à Chang Mei pour me faire tatouer, c’était la raison première de ma venue ici. Ce sera un motif représentant Vipassana, pour ne jamais oublier cette extraordinaire expérience. J’adore et je pense que je vais vite devenir accro aux tatouages. Juste le temps de mettre la paté à Manon au Beer Pong et c’est déjà le moment des adieux avec les filles, elles partent plus au Nord pour la Birmanie. Manon, Nico et moi partons pour le Sud, plus précisément l’île de Koh Lanta.

(remarquez sur cette video l’incroyable chounardise de Manon Darphin!!)

Pour Koh Lanta, nous prenons un avion puis un minibus. Ce dernier monte sur un bateau et nous dépose à l’entrée de l’ile. Nous passons une première nuit dans une auberge en bord de plage un poil au dessus de notre budget. Nous mangeons le soir en terrasse face à la mer, les pieds dans le sable, c’est vraiment cool! Dès le lendemain nous allons dans une autre auberge: « blanco hostel » avec la ferme intention de se reposer. Nous sommes accueillis par un Brésilien qui semble bosser ici. Il a l’air a moitié bourré et il nous saute dessus, à base de « Hey bro!!! ». Ces emphases ne trompent pas, nous venons d’atterir dans un « party hostel ».

Pour moi c’est la douche froide. Dès le matin la musique -enfin le bruit marketté et americanisé sortant de la sono- est à fond et ce jusqu’à tard dans la nuit. Il y a des hamacs, mais ils sont infestés de moustiques. Et le pire, c’est qu’avec mon tattoo, je dois porter un tee shirt non-stop et je ne peux pas aller me baigner! En fait ce qui est le plus difficile pour nous, c’est d’être confrontés à un type nouveau de tourisme. Au Nepal, nous n’étions qu’avec des randonneurs, pour la plupart grands baroudeurs; tous étaient curieux et bienveillants. Un sourire echangé suffisait à amorcer une discution souvent passionante. Ici c’est très différent: les gens s’ignorent, un sourire est percu avec suspicion. C’est à qui exhibera le plus ses muscles, chacun prenant un soin particulier à son apparence. La curiosité est totalemment absente, le niveau intellectuel moyen consternant. Et les mecs se la racontent non-stop. Un soir nous essayons de nous integrer à cette ambiance: un tournoi de beer pong en est l’occasion. Malgré une partie vraiment encourageante, Manon et moi perdons au premier tour. Nico lui fait équipe avec David un mec sans intérêt rencontré ce soir-la. Pour Nico, il ne s’agit pas d’un jeu, il veut clouer le bec à cette bande de petits prétentieux! Or grâce à un parcours héroique, le voilà bientôt vainqueur de tous ces petits merdeux! Une victoire pour la team QriosiT!

Nous quittons finalement cette auberge, pour Loro loco 2. Pour le même prix, nous avons ici une piscine et une cuisine à disposition! À nous les pineapple shake maison!!! Quel plaisir de se faire à manger, même une salade, cela fait des mois que nous n’avons pas eu accès à une cuisine!! Lorsque j’arrive à l’Hostel, il n’y a qu’un Americain. Manon et Nico sont partis faire de la plongée, aussi je propose à l’Americain un tour de scoot. Malheureusement au bout d’1 demi heure, le ricain se plante et s’ouvre plusieurs plaies sur les jambes: retour à l’auberge. Nous y retrouverons bientôt Cécile, voyageant depuis 9 mois en Asie du Sud-Est ainsi Marie, une baroudeuse comme on aime, partie à l’aventure pendant 4 mois. On respire! Enfin des gens bien!

Le patron de l’auberge est trop sympa, et sa chérie tout autant. On a l’impression d’être en coloc avec eux, notamment en se faisant mutuellement goûter notre cuisine. Lui n’arrête pas de blaguer, faisant croire à tout le monde qu’il est vegan. Elle nous préviens à chaque fois qu’il y a une réservation. « Demain il y a trois françaises qui arrivent! » Nous dit-elle avec un grand sourire. Quand les gens arrivent, le boss fait le check-in et trouve toujours le moyen de nous faire un signe discret pour nous dire si les nouveaux ont l’air sympas ou pas.

Lorsque les 3 filles arrivent finalement, je suis allongé sur le canap, Nico est affalé sur un bean bag. On glande gentiment. Elles debarquent comme des tornades, assaillent le patron de questions, il semble qu’elles n’aient que très peu de temps ici or elles compte bien en profiter! Nico me lance un regard complice, cela fait bien longtemps qu’on ne se met pas ce genre de pression pendant le voyage! Le patron lui même nous lance un petit regard discret, genre « elles sont stressées!! » 😂 Les filles se posent néanmoins, on a alors l’occasion d’apprendre à les connaitre. Et en fait elles sont super cools! Il y a Solène, Lolo et Clemence m’a préféré. On planifie bientôt  de se faire des cocktails de rhum le pour le soir. Il suffit de découper des fruits, les mettre au congélateur et de les mixer le soir avec un peu de rhum. Enfin il suffit… Lorsque je glisse un regard vers la cuisine, les filles en ont renversé partout ! Mais ce n’est pas perdu pour tout le monde, Lolo attrape une paille et, telle une sniffeuse de poudre, aspire tout le jus sur la table! Le résultat final est très bon mais super fort, les filles n’ont pas pensé à mettre de l’eau et ont par conséquence allongé la boisson seulement avec le rhum ! Pour la deuxième tournée je vais en cuisine avec Solène. Je lui fille un ananas épluché qu’elle met entier dans le mixer! Et lorsque je lui dit qu’elle risque de péter le mixeur elle me répond cette phrase mythique : « ah bah oui le noyau ! ». Réalisant son erreur la seconde d’après, c’est le fou rire pour tout les deux. 

Aux 3 filles s’ajoutent nos amies Marie et Cécile, un groupe d’allemandes bruyantes et sans beaucoup d’intérêt ainsi que 3 mecs. Le premier est Polonais, il parle 5 langues mais est pourtant profondément stupide. Il parle en espagnol à un Américain pour critiquer les filles étant autour de la table, sans s’imaginer que l’on puisse parler espagnol. Quel crétin! L’américain  justement, il débarque à la soirée en faisant un one man show ridicule. Plus personne ne peut parler, il veut absolument tirer la couverture à lui. Insupportable. Le troisieme est un Hongrois. Il doit faire beaucoup de muscu, mais aussi très mal manger: il me fait penser à ses champions qui font des concours du nombre de hot dog mangés en 3 minutes. Des 3 c’est néanmoins le moins horrible.

Après avoir tenté notre chance dans un bar pas loin, toute la petite bande part finalement pour un bar de plage ou est annoncé une soirée. Ici dans les bars ils vendent des sandwichs prêts à consommer pour 5 euros. Je préfère ça que de boire. Nous dansons pieds nus sur le sable, c’est vraiment agréable. On se met de la peinture fluo partout, puis des buckets d’alcool se mettent à debarquer de tous les cotés. Je distribue les gorgées à tous mes amis autour de moi. Le hongrois tourne autour des filles, il n’est pas trés fin… Il me semble être un peu en mode « balance ton porc » vis à vis de l’une de nos amies, mais je surveille du coin de l’oeil. On passe tous une très bonne soirée. D’un coup tout s’accélère et m’échappe: un mec ivre se met en cochon pendu sous le toit et s’éclate par terre, un autre se fait évacuer car trop pété, certaines filles partent sur le podium et se lancent dans des danses presque sexuelles, le hongrois que je pensais être lourd arrive à ses fins et embrasse la fille qui semble satisfaite, d’autres s’échappent  sur la plage pour avoir plus « d’intimité ». Je me retrouve seul entouré d’inconnus avec pour seule réelle compagnie un bucket de punch même pas à moi! Je bois le bucket, en dansant lentement au rythme de la musique, regardant la jeunesse décadente autour de moi. Et d’un seul coup je suis pris par ce sentiment pénible, je me sens absolument étranger. Je termine vite le bucket et file sur la plage.

C’est alors l’occasion de réflexions philosophiques, le bruit des vagues, le crépuscule etoilé, derrière la musique et la lumière, une légère ivresse et un mec qui vomi à coté de moi. Qu’est ce que je fais là? Qui sont ses gens? Quels sont leur ambitions? C’est donc ça le visage de la fête en Thailande? J’ai l’impression d’être un vieux con, un rabat-joie. Je voudrais jouer le jeu! Prendre tout ça avec distance, m’en foutre totalement. Mais l’alcool me rend idéaliste et les étoiles philosophe. « I’m screwed… »  Allez on y retourne, faire semblant…

Je retourne danser, c’est toujours aussi agréable le sable me dis-je. Les gens s’amusent. Je ferme les yeux et danse un moment. Bientôt je n’ai plus envie. Je vais m’assoir et Clémence me rejoins. Je me sens à l’aise avec elle, je crois qu’elle aussi parfois se sent étrangère dans ce genre d’endroit. Nous nous éclipsons sur la plage. Nous y aurons une discussion intense et passionnante. La lune n’est elle pas l’idéale témoin d’affectueuses confidences?

Décidément, Nico et moi avons rencontré des gens très différents sur notre chemin. On pourrait parfois naïvement penser en avoir fait le tour. Mais l’humanité, dans les méandres de sa diversité, nous propose toujours de nouveau challenges.

3 réflexions sur “Thaïlande Partie 2: un étranger à Koh Lanta 

  1. Isabelle says:

    Koh Lanta… pas intéressant… Essayez d’aller voir Moracot Cave (ou Esmerald Cave) sur Khot Muk. S’il n’y a pas trop de chinois, c’est une expérience très chouette !

  2. Claire HERITIER says:

    pas de photo du résultat du tatouage ? ….
    vos rencontres sont aussi riches que diverses et variées…il y en a pour tous les gôuts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *